Retour au blog
Blog

Questions et réponses sur les supermamans de Neato Robotics

Un fils (ou une fille) à maman peut parfois avoir une connotation négative. Mais pourquoi ? Où serions-nous sans les mères ? Physiquement et émotionnellement, nous ne serions pas là où nous sommes aujourd'hui. Il est important de montrer de la gratitude et de la reconnaissance, à nos mères biologiques, nos grands-mères, en passant par toutes les autres figures maternelles de notre vie.

Être parent peut être considéré comme un travail à temps plein, et nous avons voulu en savoir un peu plus sur la façon dont certaines femmes incroyables exercent en fait deux emplois. Nous nous sommes entretenus avec Alisha Terry, responsable du marketing et du commerce électronique, et Joyce Robertson, coordinatrice du recrutement des RH, deux employées de Neato Robotics, pour en savoir un peu plus sur la façon dont elles jonglent aisément entre leur rôle de mère et leur vie professionnelle.

Qu'est-ce que vous préférez dans le fait d'être maman ?

Alisha : J'aime faire rire et sourire mes enfants. Cela me donne une excuse pour rester enfant ! Être là pour eux, les regarder grandir et se développer dans leurs personnalités me fait également rire. La joie pure sur leurs visages rend les journées tellement plus agréables !

Joyce : Savoir que j'ai créé des personnes décentes qui se respectent elles-mêmes, leurs frères et sœurs, leur famille et les personnes qu'elles rencontrent me rend fière.

Parlez-nous un peu de vos enfants.

A : J'ai deux filles qui ont 20 mois d'écart, ce qui signifie qu'on ne s'ennuie jamais chez nous. Maika, âgée de 2 ans et demi, adore comprendre le fonctionnement des objets mécaniques et est une vraie casse-cou. Je pense qu'elle sera peut-être un jour un futur ingénieur en mécanique, comme son père (pas de pression cependant) ! Kestrel, âgée de 9 mois, vient de commencer à ramper et adore sa grande sœur. J'ai hâte de voir comment la dynamique entre frères et sœurs se développera.

J : Tous mes enfants sont des adultes, âgés de 23 à 29 ans. Ils ont tous des choses différentes qui me font rire. J'ai quatre enfants, trois qui sont ici sur terre avec moi, et mon aîné qui est décédé il y a trois ans en novembre. J'ai trois fils et une fille. Ils adorent me taquiner, d’autant plus qu’ils savent que ça va m'énerver, mais ils le font avec amour, juste pour rire. Ils sont tous forts, déterminés et indépendants.

Quels conseils vous a-t-on donné en tant que mère pour concilier vie professionnelle et vie privée ?

A : Malheureusement, il n'y a pas eu beaucoup de conseils sur la manière de concilier vie professionnelle et vie privée. Je pense que l'on attend des mères qu'elles fassent tout d'une manière ou d'une autre. C'est vraiment un défi logistique au quotidien, du réveil au coucher, avec les heures de prise en charge des enfants, les réunions de travail, les rendez-vous chez le médecin et tout le reste ! Le conseil que l'on me donne le plus souvent à propos du rôle de maman est de profiter des moments. Ils grandissent si vite et le premier regret de la vie est de travailler trop dur pour ne pas apprécier ces moments.

J : Personnellement, on ne m'a jamais donné de conseils, j'ai donc dû apprendre à trouver un équilibre par moi-même. Ce n'est jamais facile et j'avais l'impression que je ne devais pas demander de l'aide parce que j'étais leur mère. Dans les avions, je ne comprenais pas pourquoi les réglementations de sécurité disaient de mettre son masque en premier, j'ai toujours pensé “pourquoi ne devrais-je pas les aider d'abord, puis moi-même ?” Plus tard, j'ai appris qu'ils pouvaient attendre, que je devais d'abord prendre soin de moi avant d'aider qui que ce soit d'autre, y compris mes enfants.

Comment conciliez-vous votre vie de mère avec votre vie professionnelle ?

A : Tout comme au travail, je planifie beaucoup ma vie personnelle pour trouver le bon équilibre entre le travail, les loisirs et la famille. La planification à long terme m'a permis de faire garder mes deux enfants. Il m'a fallu littéralement plus d'un an sur une liste d'attente pour que mon enfant soit inscrit dans une école maternelle, et heureusement, j'ai pu trouver une nounou pour garder mon bébé. La garde d'enfants m'a vraiment aidé, et je suis si reconnaissante d'avoir ce luxe que tant d'autres parents n'ont pas. La pandémie a rendu les choses vraiment difficiles, les enfants devant parfois rester à la maison pendant mes heures de travail, mais vous faites en sorte que ça marche. Être présente avec mes enfants est très important, donc si cela signifie de longues heures supplémentaires le soir après que les enfants soient endormis, qu'il en soit ainsi, mais j'essaie de ne pas en faire une habitude !

J : J'ai appris à équilibrer ce rôle rapidement après mon divorce. Heureusement, mes enfants étaient à un âge où je pouvais m'asseoir avec eux et fixer les règles. J'ai ensuite appris, avec la mort de mon fils, que l'on ne peut pas revenir en arrière et changer quoi que ce soit. Les réunions peuvent être reprogrammées, les factures peuvent être retardées, mais vous devez vivre votre vie. J'ai appris à équilibrer cela en communiquant davantage, en demandant ce dont j'ai besoin, en faisant savoir à mes enfants que je ne peux pas mais que je pourrai le faire plus tard, et en utilisant mon agenda non seulement pour le travail mais aussi pour ma vie personnelle avec mes enfants.

En quoi le fait de travailler chez Neato Robotics facilite-t-il l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

A : La possibilité de travailler à domicile pendant la pandémie a été très utile. J'apprécie de pouvoir travailler 3 à 4 heures de plus par jour en n'ayant pas à faire la navette, ce qui me permet de passer plus de temps avec ma famille. Cela dit, j'aime rencontrer mes collègues en personne, et j'espère le faire plus souvent lorsque la pandémie s'améliorera et que tout le monde sera en sécurité. Neato a été très flexible et je lui en suis très reconnaissant.

J : Travailler chez Neato Robotics m'a permis d'être très flexible. Mes enfants n'ont peut-être pas autant besoin de moi, mais il y a eu des moments où cela a été le cas et où j'ai dû me précipiter pour être présente, je sais que je peux le faire. Pas seulement le fait de pouvoir y aller, mais aussi le fait de comprendre pourquoi.

Quels conseils avez-vous pour les autres parents qui travaillent ?

A : Je veux juste dire que vous vous en sortez bien et que vous êtes incroyable ! Je n'avais aucune idée de tout le travail que représente l'éducation d'un seul enfant. Je vous vois et j'admire tout le dévouement que vous mettez dans votre famille et votre travail pour que tout fonctionne. Faites ce qui est le mieux pour vous et votre famille avant tout. Les besoins et l'approche de chacun sont différents. Tenez bon, amusez-vous pendant que vous le faites et ne vous culpabilisez pas trop.

J : Cela ne te fera pas de mal si vous "ratez" quelque chose. Lorsqu'ils entreront en maternelle pour la première fois et que vous retournerez au travail, vous ne "manquerez" rien, les enfants ne me diront pas ou ne penseront pas "tu n'étais pas là". Ils courent et tapent à nouveau dans leurs mains. Mais préparez-vous pour les moments où ils auront vraiment besoin de vous. Pièces de théâtre de l'école, événements sportifs, soirée de lancement de l'école. Ce sont les moments où ils ont le plus besoin de vous.

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez ajouter ?

J : Être parent n'est pas facile, mais c'est tellement gratifiant. Je suis consciente que de nombreux parents ont du mal à concilier vie professionnelle et vie privée, mais discutez avec votre patron de la manière dont vous pouvez tous deux faire en sorte d'être présents au travail pendant vos heures mais aussi pour vos enfants à la maison. Apprenez également à demander ce dont vous avez besoin, que ce soit à votre patron, à votre conjoint, à votre partenaire coparental, à votre famille ou à vos amis. Personne d'autre que vous ne sait ce que vous vivez. Cependant, créer un équilibre est plus facile que vous ne le pensez.

Retour au blog
Français